Salon VAD de Lille : Alice au pays des réseaux sociaux et du 2.0

Publié le 14 Octobre 2009

Je vous avoue avoir attendu la fin des deux premiers jours du salon VAD de Lille Grand Palais pour vous donner mon impression. Si hier telle Alice, je me suis sentie toute petite au milieu des stands-champignons qui avaient germés deci delà cette année… je fus vite repris par la fièvre du marketing… errant à travers les allées, tous yeux ouverts, toutes oreilles à l'écoute !
Les grands stands pompeux ne sont plus cette année (hormis le géant jaune :) on a revu à la baisse les petits fours qui furent remplacés par des bonbons gélifiés (encore dans leur package de vente, pas très marketing tout cela) et des fraises. Petit coup de froid chez les annonceurs et les agences ?

Du côté des conférences, le niveau fut bon mais pour une raison inconnue plusieurs furent annullées (c'est nouveau d'ailleurs car en 10 ans de salon c'est bien la seule fois que je vois des conférences supprimées). On ne veut donc plus intervenir auprès du public ? Alors certes, l'idée de nous éviter de sortir du coeur du salon pour aller courir d'une salle à l'autre nous fut épargné : cette année, les salles sont aux quatre coins mais l'acoustique y est déplorable (dommage). Les badges sont désormais en plastique : waouh :) quelle innovation ! Un salon stimulant et passionnant.

Du côté des informations à retenir… qu'en pense Alice (alias Alfafa) ?
Si les sociétés délaissent les agences de communication, elles sont pensives et indécises face à l'émergence des réseaux sociaux… faut-il en être, comment "comprendre" et "pénétrer" cette nouvelle zone média ? Twitter, Facebook… furent au coeur des préoccupations... oui mais qu'est-ce donc ? L'arrière-garde se questionne… doit-on se laisser aller à prendre un "community manager" pour oser dialoguer avec le client au risque d'un dérapage en ligne dans la super stratégie bridée ?

Mais si je devais résumer :
en passant les superbes prestations d'E-Figy (pour Jules avec son e-shopping innovant ou la maison virtuelle de Becquet), de Priad et de quelques autres… je dirais que le monde virtuel, le monde du 2.0 n'est pas si étrange que cela… tant que l'on réalise qu'au fond on en revient à une valeur de base commune quelque soit la façon de l'argumenter : le dialogue et l'affect !
L'affect : dans sa façon de formuler un emailing débarrassé des poncifs poussièreux, dans la manière de vendre un produit basique… tout en faisant croire au client qu'il peut personnaliser son produit et donc se l'approprier plus encore ! Au fond, si on cherchait juste à nous rendre le virtuel plus proche et plus attractif :) eh oui la "réalité augmentée" au fond ce n'est que cela… utiliser de nouveaux moyens (360°, 3D… etc) en vue de susciter des émotions, des réactions "affectives" envers un produit ou une enseigne afin de fidéliser ou conquérir un client. 

On ne réinvente rien… on change juste la manière de présenter ! N'ayez pas peur des innovations… et suivez le mouvement avant d'être distancés.
Les premiers à prendre la rame seront les premiers à se positionner sur le secteur. Il suffit juste de rester soi-même, d'être sincère face au client et de dialoguer avec lui pour comprendre ses attentes si vous désirez lui vendre quelque chose. Les réseaux sociaux ne vous apporteront pas la fortune mais ils vous feront connaître d'une cible plus jeune et l'e-réputation se suit sur les blogs et les forums alors autant savoir ce qui se dit de vous pour éviter de rater votre droit de réponse au risque de vous faire lyncher comme un célèbre vadiste.

Informez-vous, réfléchissez, analysez !

Alice… euh Alfafa


La petite peluche vient du stand de Bleu Bonheur :)
 
Pour visualiser la maison virtuelle de Becquet : cliquez sur le lien en bas à gauche sur le site
http://www.becquet.fr/becquet/index.jsp 

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Autour du Net…

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G

Coucou Alfafa,

Désolé de ne pas être passé plus tôt, mais je suis complétement crevé en ce moment et je ne sais toujours pas me dédoubler pour réussir à tout faire sur une journée. ^^

Ce salon a l'air d'avoir été instructif. Tu sembles très contente d'y avoir participé et d'avoir appris plein de choses. Je voulais juste dire que oui le marketing a ses limites et que l'affect et
les relations humaines peuvent y remédier, et donc oui il faut envisager de créer des postes de manager de communauté (= "community manager").

Bisous, bisous,

XO

Gossip Boy.


A

Imagines la vie d'une femme… c'est être constamment à se dédoubler : être au top au boulot, être une femme parfaite entre vaisselle, cuisine, faire réviser les enfants, puis être une épouse... etc
etc la journée est longue ;)

Je pense qu'une société qui néglige l'affect au détriment de l'égocentrisme et des pertes de valeur n'ira pas bien loin. De nos jours, on oublie l'entraide, on oublie tout simplement d'être
courtois et chacun ne pense qu'à son profit mais nous n'existons qu'avec les autres… le dialogue, l'écoute, l'entraide dénuée de tout profit sont des valeurs qu'il faut remettre à l'honneur (je
suis pas mal en rage après le manque d'honneur des joueurs de WoW et ma collègue m'a conté qu'un homme lui a fait un croche pied et se marrait en la voyant au sol grimaçant de douleur… où sont la
compassion et l'entraide… personne n'est venu l'aider, tout le monde s'est amusé et l'a ignoré… le geste était gratuit, méchant et sournois… voici la société actuelle : égoïste et malveillante… je
fulmine).

Un salon écclectique : de bonnes idées de la part des organisateurs (une urne pour recycler les badges… mais personne ne l'a vue), des salles de confs au sein du plateau (mais une acoustique
déplorable), des conférences annulées… des intervenants de qualité, des sujets variés… pas mal mais peu mieux faire !

Beezoo Gossip boy :) 


M

Il est clair que les marques vont devoir bosser leurs relations de proximité, et être un peu plus interactives. Le facteur humain est très important^^


A

Oui et on l'a oublié ! Certes la relation clientèle demande beaucoup d'efforts de la part des entreprises ainsi que de vraie stratégie marketing… le geste commercial et la résolution des problèmes
en direct avec le client sont fort bien ressentis côté client mais on a de plus en plus affaire à des opérateurs qui ne savent pas ce qu'ils vendent et ce qu'ils peuvent faire faute de formation et
d'esprit d'initiative. Dommage car ils perdent des clients fidèles et de futurs bons clients parfois.

Etre au plus proche de votre client, l'écouter et résoudre les litiges au mieux et de façon rapide. C'est si simple à retenir.
La relation clientèle est parfois le seul lien "humain" que vous aurez avec votre client… alors soignez-le.

A bientôt 


M

Joli résumé !! et intéressant tout ça...on verra bien comment ils vont faire pour pénétrer les réseaux sociaux. C'est pas gagné en tout !! et tant mieux^^


A

Le plus souvent pour les grandes enseignes, ils font appel aux agences :) ou à des blogueurs qui ont déjà fait leurs preuves et ont une cible de lecteurs qui corresponde à leurs produits et à leur
image de marque. Mais je dirais que si au final, ils arrivaient à être plus "proches" et plus "ouverts" aux remarques des clients cela n'en serait que mieux… car de nombreux grands sites sont
hermétiques (aucune vraie adresse de contact et seuls des messages automatiques répondent aux demandes préformatées).

L'avenir sera à la proximité avec le client pour créer de l'affect et de la fidélisation : notre petite coop fonctionnait bien parce que l'on connaissait les vendeuses et le patron. Qui se sent
proche d'une marque dont on ne sait rien au final ? Comment se sentir fidèle à une enseigne plus qu'une autre ?

Beez Miss Lolli :)