Coton naturel ou coton biologique : quelle différence ?

Publié le 25 Octobre 2008

Je dois avouer que je pensais que cela était la même chose.
Alors après mon article sur le jean bio, j'ai voulu en savoir plus sur ce fameux coton biologique. Comment vous expliquez de façon simple mais précise (et argumentée), les conséquences et divergences de ces deux types de cotons.

Le coton dit "100% naturel" (ou du moins le pense-t'on) est l'une des cultures les plus polluantes au monde. Etonnant non ! C'est aussi la fibre textile la plus cultivée (elle couvre 50% des besoins du domaine textile). Le coton est souvent le mode de culture choisi par les pays en voie de développement et a donc des conséquences importantes sur la population et leur santé. Pourquoi me dites-vous ?

La culture du coton pour être rentable, nécessite des sols riches en engrais et en eau.
Les terres s'épuisent vite… Aussi, il n'est pas rare de voir des aspersions de pesticides faites tous les semaines. Ceci au détriment des cultivateurs et cueilleurs : au Guatemala, les femmes allaitant ont dans leur lait, des doses de pesticides 25 fois supérieures à la norme maximale préconisée. Des défoliants, de même type que le cyanure employé pendant la guerre du Vietnam, sont utilisés !!! Ceci n'est pas anodin !


Jusqu'où devront-ils aller dans les années à venir ?
Car c'est à chaque fois la surenchère, et les sols conservent des traces de ces métaux lourds (dissouts dans les nappes phréatiques)… qui mettront de nombreuses générations avant de se disperser.

Ainsi la mer d'Aral est asséchée à 80%, l'écosystème et la population (bétail y compris) est contaminé par les eaux de source et les sols pollués.
De plus, même convenablement nettoyés ces fibres de coton conservent des résidus de ces produits chimiques. Même si on le qualifie de 100% naturel, il est composé d'environ 85 à 90% de fibres de coton et du restant de résines et apprêts chimiques.


Mais le coton biologique alors… il est cultivé de la même façon ?
Eh bien, non, car grâce à ses racines plus robustes et profondes il va puiser l'eau plus bas dans le sol et ne perturbe donc pas le sol en surface en l'épuisant. On peut ainsi continuer à cultiver d'autres modes de cultures complémentaires ; et le bétail profite de l'huile des graines de coton !

Mais contre les insectes, comment font-ils ?

On délaisse les pesticides pour des moyens naturels : les phéromones (femelles) qui luttent contre les vers (mâles). Ils existent d'autres méthodes de ce même genre… la nature vient au secours des plantes, le cycle est respecté.

De plus pour éviter les maladies
, tel le mildiou, on arrache et détruit les pieds de cotonniers après la récolte. Alors bien sûr, cela génère plus de travail et de main d'œuvre - et cela a un coût en plus par rapport au coton naturel - mais cela ne perturbe pas l'équilibre naturel.

Ce coton est plus doux au toucher et plus souple ; de plus il peut convenir pour les personnes hypoallergéniques.

Des projets de grandes envergures ont pris forme sur le support de cahiers des charges très précis (Skal, Demeter, Ifoam) : nommons par exemple BIORE® (Monoprix), Somewhere, Idéo (distribué chez Modetic), Tubo Bom (vu chez Redoute), Pachama

Nous étant informés - moi y compris - nous voici à même de réfléchir à nos choix dans l'achat et la sélection de nos produits textiles à base de coton ! A chacun de faire son choix en toute conscience… et d'être des consommateurs avertis et éclairés.

Alfafa


Dans un prochain article, je tenterais d'en savoir plus sur la laine dite "bio" (et sur le traitement infligé aux moutons !). Phildar boycotte la laine d'Australie car devant la production accrue, les moutons sont malmenés au moment de la tonte ! Mais je vous en dirais plus dans le prochain article de la rubrique Bio & Ecologie.

(sources précises : biorespect.com)


Voici des adresses de sites "mode bio" ou "mode éthique" :
- Ekitabl
- Idéo
- Inakis (guide d'achat : mode, alimentation…)
-
Machuca (lacasalatina)

-
Modetic

- Pachama

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Bio - éthique & écologie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article