Publié le 30 Novembre 2016

Et hop, à la centrifugeuse... j'ai craqué et acheté une centrifugeuse* afin de pouvoir profiter au maximum du jus des légumes et fruits frais ! Plein de vitamines pour mon petit corps.

Jus de carottes et pommes Granny Smith à la centrifugeuse


Le mélange de base pour le test : carottes et pommes Granny Smith.
A savoir que la carotte est sucrée naturellement et notre Granny est un peu acidulée.

Pour 500 ml de jus frais :
- 2 pommes Granny Smith (taille moyenne)
- 500g de carottes


On nettoie fruits et légumes et on les sèche.
Personnellement, j'ai coupé la base de la carotte et les pommes en quartier et ôté les queues.

On passe les morceaux au fur et à mesure, en réglant sur fruits durs.
En peu de temps, on a du jus super coloré (et qui tâche) orange vif.

Prêt à consommer. Ou mettre au frais à l'abri de la lumière.
Mais le but des jus à la centrifugeuse est de les consommer rapidement pour en préserver toutes les qualités. Et c'est trop trop bon.

Le seul hic, c'est qu'on passe autant de temps à nettoyer les éléments de l'appareil qu'à réaliser le jus... et il faut absolument nettoyer le filtre tout de suite.

Prochain jus ce week-end quand j'aurais le temps de préparer, nettoyer et surtout consommer tranquillement mes vitamines :)

Alfafa


PS je ne suis pas sponsorisée... j'ai profité d'une super promo Black Friday et un petit code en plus... et après une grande hésitation et pas mal de documentation : j'ai choisi le modèle de base (parce qu'il est rouge, sans écran numérique... parce que cela tombe en panne, juste un bouton on/off bien suffisant et donc 2 vitesses au lieu de 5).
Je ne fais pas de jus pour 30 personnes donc inutile de choisir la star à 5 vitesses.
Riviera & Bar, juicer fountain PR77617. Rouge quoi :)
Certains achètent des bolides moi c'est une centrifugeuse... mais bon on peut aussi manger sainement sans cela.

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 27 Novembre 2016

Comme tous les 3 mois, Créalaines ouvre ses portes pour une vente d'usine vraiment très intéressante. Petits prix et laines de qualité.

Cette année, une pleine page de L'Aisne Nouvelle présente les dates de la prochaine vente d'usine. Mince, on sera nombreuses à fureter dans les pelotes de laine et à repartir les bras chargés de lots de laines dodues et douces.
 

Vente d'usine Crealaines Mont d'Origny


Du vendredi 02 décembre 2016 au lundi 12 décembre 2016.
De 14h à 18h. Fermé le dimanche.


16 rue Jean Mermoz / 1 rue du Tour de Ville
02390 Mont d'Origny
03 23 09 74 44 (aux heures d'ouverture)

Paiement en chèques + carte d'identité ou espèces.
Quelques places de parking dans la cour de la boutique "Georges Picaud" et dans la rue principale de Mont d'Origny.

Pensez à prendre un sac pour mettre les pelotes choisies afin de vous faufiler dans les allées et avoir les mains libres pour tâter la laine.

Comme je serais au travail... je ne pourrais y aller avant le dernier week-end.
Mais ne m'attendez pas pour aller voir les pures laines, alpagas, acryliques, cotons, mohairs... et faire votre shopping pour tricoter cet hiver (il va faire très froid).

Alfafa
 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 20 Novembre 2016

Cocooning avec gourmandise... parce que le week-end, on a la possibilité de trainer pour déjeuner en paix sans avoir à courir.
 

Milkshake vegan et sans gluten : avoine, poire et dattes.


Petit milkshake fruité pour pétiller !
Une poire qui vient de se prendre un coup et doit vite passer à la "casserole", un peu de lait végétal, et hop des céréales pour l'énergie et la forme.

- 1 poire mûre
- 400 ml de lait végétal
- 1 CS d'avoine (à laisser tremper dans le lait pour l'attendrir)
- 1 CS de kasha (ou sarrasin grillé et cuit)
- 2 dattes
- une poignée de graines de chanvre

Dans un bol, faire tremper l'avoine et les morceaux de dattes... durant une heure ou deux.
Au moment de passer le tout au blender : couper de petits morceaux de poire, ajouter le lait-avoine-dattes puis ajouter le kasha cuit et froid.
Si vous avez du chanvre moulu ou en graines, ajouter une poignée.
Mixer le tout. C'est prêt.

Plus qu'à s'activer dès maintenant !

Alfafa


#sansgluten #vegan

Boutis Becquet / Slippers Next

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Recettes sans gluten, #Recettes sans lait sans oeuf

Repost 0

Publié le 20 Novembre 2016

Lors de mon dernier article, je vous annonçais que j'étais passée au sans gluten depuis 3 semaines et que cela me faisait un bien fou en m'apportant plus d'énergie. Vous avez été nombreux à me demander des références de livres ou conseils... ce qui m'a incité à prendre quelques-unes de mes recettes en photos.

Le temps n'étant pas de la partie ce dimanche, j'ai dû improviser pour trouver un peu de lumière pour la photo. Je pensais montrer plusieurs recettes à la fois mais je vais devoir attendre un peu. Ce sera donc le petit déjeuner qui va primer.

 

Overnight sans gluten : chia, dattes, mulberries, blueberries par Alfafa



Overnight, porridge et bowls !
Petit préambule pour les personnes qui ne savent pas trop ce que sont les différences entre ces termes qui reviennent souvent sur les blogs et magazines.
- Overnight : voir ci-dessous.
- Porridge : préparation de céréales cuites.
- Bowls : mélange de fruits et céréales, mais parfois on peut présenter un bowl de légumes et céréales ou salades complète.

Overnight : petit-déjeuner préparé la veille, sans cuisson
La plupart du temps, on met des céréales à tremper dans du lait végétal le soir pour son petit-déjeuner le matin. Gain de temps et aucune cuisson. Peu de vaisselle aussi ;)

- Lait végétal au choix : riz, soja, amande, noisette.

- Céréales sans gluten à privilégier : avoine - flocons de millet, châtaignes ou riz - chia - amarante (un peu dure même après trempage).

- Graines : de courge, de lin, de tournesol... laissez parler vos envies et surtout prenez ce que vous avez déjà.

- Baies et fruits secs : Goji, cranberries, mûres blanches ou mulberries, abricots, dattes, pruneaux, pistaches, amandes, noix du Brésil...

- Fruits frais (ou surgelés) : framboises, mûres, blueberries, myrtilles, grenade, poire, pomme, clémentines...

Méthode :
1/ On verse le lait végétal de son choix : environ 1 mug ou 400 ml si on aime un peu liquide comme sur ma photo.
2/ On coupe les fruits secs trop gros comme les abricots et dattes... ainsi que certaines fruits secs comme les baies de Goji ou cranberries qui sont super tendres trempées... on les met dans le lait.
3/ On ajoute les céréales : chia (1 à 2 CS selon votre préférence), avoine ou flocons de riz (2 CS) et on mélange un peu.
4/ On laisse le tout au réfrigérateur une nuit ou dans une pièce fraiche.
5/ Le matin, on prend son bol et on ajoute les fruits frais de son choix.
Voilà c'est prêt.


Recette overnight d'Alfafa : dattes, mulberries, chia !

- 400 ml de lait végétal (ici du riz).
- 2 CS de graines de chia
- 2 CS de flocons d'avoine
- 4 dattes coupées en morceaux
- une poignée de baies de Goji
- une poignée de mulberries (mûres blanches) séchées de L'île aux Epices
- 0 sucre (pas même du sirop d'agave) car les dattes et fruits sucrent
- une poignée de "bleuets" ou blueberries (surgelés)
- une poignée de mûres (surgelées)

Suivre la méthode ci-dessus.
On verse le lait dans un grand bol : on ajoute les fruits secs, céréales.
On laisse le tout au frais durant toute la nuit.
Le matin, on ajoute les fruits frais et on laisse un peu reposer (si les fruits sont surgelés).
On déguste.
Astuce : mettre les fruits à décongeler la veille dans un bol et les ajouter ensuite.

C'est simple, naturel et gourmand !
Et qui plus est, depuis 3 semaines ma consommation de sucre (pourtant pas excessive) a baissé. Pas de sirop d'agave depuis 3 semaines... les fruits suffisent.

Cet après-midi si le temps s'éclaircit, je vous ferais une recette de plat sans gluten.

Bon dimanche !

Alfafa

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Recettes sans lait sans oeuf, #Recettes sans gluten

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2016

Pour celles qui me connaissent et me suivent... je suis végétarienne (j'ai du mal à me dire vegan même si mon style de vie s'en approche beaucoup). Souvent, je lis des articles ou titres de magazines ou de blogs qui me font grincer des dents... mais je ne dis rien. Chacun a son point de vue et j'évite de donner le mien. Mais parfois, je sature... car dernièrement, je ne supporte plus de déjeuner en collectivité sous peine de me "manger" des remarques sur tout et rien.


Depuis plus de 40 ans, je suis veggie !
Et cela fait autant d'années de conneries à entendre... et c'est long. C'est lassant. C'est usant et horripilant tant d'intolérance et de bêtise.

"Tu fais ça pour ci... tu fais ça pour ça..." "Maque-brun" et autres joyeusetés... tout aussi blessantes qu'importunes qui font qu'au fil des années. On se retrouve à devoir justifier du fait qu'on ne mange pas de viande, de devoir se justifier de ses choix éthiques et autres... au lieu de déjeuner en paix comme on le souhaiterait.

J'ai résolu d'éviter toute invitation, toute sortie au restaurant avec des connaissances pour éviter les sempiternels commentaires déplacés sur le choix de mes repas ou aliments et aussi pour éviter de se retrouver dans un restaurant spécialisé en viandes alors qu'on a précisé ne pas en manger (cela m'est arrivé pour mon repas d'embauche il y a 18 ans... c'était bien la peine d'avoir demandé nos préférences alimentaires... je n'ai rien coûté à l'entreprise... ils ne mettaient même pas une feuille de salade en présentation).

Manger en paix !
Imaginez un instant qu'à chaque repas, on fasse tout un discours sur le contenu de votre assiette, sur le fait de ne pas manger de viande ceci cela... et j'en passe. Que violemment parfois, on vous demande de vous justifier, qu'on vous critique vertement alors que vous ne demandez rien à personne.
Vous en viendriez à détester aller déjeuner en collectivité. Ce fut mon cas depuis toute jeune et cela continue encore. 
Qu'on me laisse manger en paix... est-ce que je vous fais remarquer le taux de gras et de cochonneries dans votre plat qui baigne dans la sauce ? Non, je vous laisse manger comme vous l'aimez... j'aimerais qu'on fasse de même pour moi.

Dernièrement, un de mes collègues m'a dit... "tu es la seule végétarienne que je connais à ne pas casser les pieds aux autres". Comprenez, que je ne fais aucune remarque sur ce que mangent les autres ni ne cherche à faire changer les gens de mode d'alimentation.
Alors, j'en connais qui auraient mal pris la remarque... mais cela m'a fait plaisir de sa part car il a saisi ma philosophie de vie et c'est suffisamment rare pour être souligné.

Que chacun fasse comme il le désire tout en respectant les choix des autres telle est ma vision.

Trop souvent et cela quelque soit son choix alimentaire, on se permet de juger, critiquer les autres... mais chacun vit son parcours comme il le souhaite et à son rythme... car c'est un choix de vie essentiellement. Cela doit vous correspondre intérieurement. C'est une démarche parfois de réflexion, d'écoute de soi et de ses besoins. Revenir à l'essentiel pour se sentir bien.

Pourquoi suis-je veggie...
J'ai choisi ce mode d'alimentation à la base et cela très jeune car je n'aime pas la texture de la viande ni son goût... c'était une torture en colonie de vacances de ne pas avoir le droit de sortir de table tant que l'on avait pas mangé sa "semelle" de viande !
De cette époque est venue ma décision : désormais je ne mangerais que ce que j'aurais décidé moi et pas les autres ! Nul ne doit forcer quelqu'un à manger ce qu'il déteste.

Ma famille proche, ne m'a jamais jugé ni critiqué. Ils m'ont laissé faire mes choix.
J'ai eu cette chance que d'avoir des parents intelligents qui m'apprennent que respecter l'autre est important. Etre différent n'est pas une tare, mais une force. 
J'ai choisi jeune de cuisiner pour moi car si on mange différemment, on doit donc faire ses repas soi-même.

Je ne prône rien... je ne revendique rien. Je fais juste part de mon parcours de végétarienne... oui je ne mange pas de viande, oui cela m'écoeure toutes les maltraitances animales... mais je ne jetterais pas la pierre à ceux qui sont "carnivores" car c'est leur choix de vie.

Un paradoxe... culinaire.
Cuisiner m'a rendu très critique sur la qualité des aliments, sur leur cuisson et association... ainsi je ne supporte pas des aliments baignant dans de la sauce ou du jus. Ainsi la margarine, l'huile de coco pour la cuisson ne me servent quasiment pas.

Tout doit être doré (à sec)... même mon tofu cuit à sec. Ce qui est couvert de sauce, est suspect pour moi... la sauce dans les plats industriels sert à masquer les aliments de moindre qualité.
Ce qui est bon, se suffit à lui-même. Plus le temps passe et plus je cuisine simple : en recherche de saveurs avant tout. Je n'ai ni sel ni poivre chez moi... juste une tonne d'herbes condimentaires et d'épices variés qui remplacent sans aucun souci le sel (personnellement, le thym remplace le sel dans mes plats).

J'ai une autre manie : mes plats doivent être colorés. Les légumes aident bien. On mixe les carottes de couleurs différentes, les pois, les fèves, les tomates... Et mes soupes doivent être monochromes : 1 couleur seulement. Je n'aime pas les soupes avec des morceaux et des couleurs fadasses indéfinies... 1 couleur gaie : jaune (carottes jaunes, maïs, poivrons), orange (potiron, carotte), verte (pois cassés, épinards) pour donner envie de manger.

Devenir veggie en 10 jours... mais bien sûr !
C'est un parcours de vie, de choix et surtout de connaissance... car il faut s'informer pour apprendre comment équilibrer ses repas pour apporter des protéines entre autre.

Alors, dire qu'en 10 jours tout a tout saisi... je n'y crois pas. Et ça me fait grincer des dents.

Oui, c'est plus simple aujourd'hui de devenir veggie.
Les plats végétariens déjà cuisinés sont vendus en commerce... on trouve plein d'aliments variés dont des céréales et du tofu.

Mais dans les années 70 ou 80... à part les "hippies" comme on les appelait et quelques commerces peu séducteurs qui vendaient des plantes pour mincir et des fromages de chèvre... eh bien, on ne trouvait pas grand chose et c'était à prix d'or. Le bio, n'était encore qu'une lueur lointaine... personne n'en parlait. Quand au tofu... inconnu au bataillon. Personne ne mangeait "sans viande" autour de moi et donc personne ne pouvait me guider... pas d'ouvrages accessibles à une jeune fille... donc on improvise comme on peut avec ce qui existe comme aliments de base.

Dans les décennies suivantes... nous étions les parias, les mange-merdes comme on nous appelait... ceux qui ne mangent rien et chipotent... Aux repas de famille, tu finissais le ventre vide car en dehors des charcuteries et viandes, la verdure ne servait qu'à décorer... quand aux céréales c'était pour les poulets.

Côté lecture et informations... hormis les rares boutiques d'illuminés du bio qui attiraient les foules avec des cours de yoga... eh bien... on ne savait pas grand chose. Résultat, on se débrouillait comme on pouvait car souvent cela coûtait cher d'obtenir des produits bio et des produits pour éviter les carences... quand aux laits végétaux, il ne fallait pas trop y penser... ils étaient difficiles à trouver.

Et un jour, internet vit le jour !
L'information venue des pays anglo-saxons nous a bien aidé. Certes les photos de plats étaient moches (sombres, peu ragoûtantes) et me semblaient pas très glamours. On avançait à l'aveuglette en suivant les recettes et par chance, ils ne présentaient que des aliments classiques... pas comme aujourd'hui.

Mais avec les années 2000, j'ai pu enfin faire mon shopping en ligne ou en Biocoop.
A moi les céréales pour agrémenter les plats. Fini le règne de la patate et des féculents. Le millet, le quinoa venaient à mon secours. La renaissance des papilles était venue.

L'ère de la surenchère de produits "mode" à dénicher (le kale voici quelques années, les superfoods avec l'açaï, le cranberry, la grenade...) a commencé... à qui inventera la recette la plus bobo. Cela devient chic d'être veggie et bon si on hésite on se fera flexitarien (un jour veggie, un jour viande).

Chic, bobo ou pas... à chacun sa motivation.
Si cela peut faire découvrir des façons de cuisiner différentes et amener certains à repenser leur façon de consommer. Moins de viande, plus de céréales et légumes... pourquoi pas.
Avec la fin de la seconde guerre, la consommation de viande a augmenté et nous avons changé nos habitudes de consommation : nous apportons des aliments raffinés (comprenez industriels) avec des produits que notre organisme a du mal à destocker et à drainer. Trop de gras et de sucre aussi que l'organisme peine à assimiler.

Peu savent encore cuisiner les petits plats traditionnels... on a tous peu de temps et on consomme "fast" et rapide. Avec le végétarisme, on redécouvre les aliments de base et on apprend à cuisiner en préservant les vitamines et les saveurs. On réapprend à s'approprier des recettes oubliées, des légumes aussi... cela prend du temps l'air de rien. Mais quel plaisir de savoir ce que l'on consomme !

40 ans à apprendre...
Valérie Cupillard, Marie Chioca, Ella Woodward et j'en passe nous ont ouvert les voies de la délectation culinaire végétarienne, vegan et sans gluten.
J'ai eu le plaisir de tester les recettes de blogueuses comme Melle Pigut, Pascale Stretti... et j'en oublie.
Je continue de m'informer sur les aliments, sur les associations, sur les saveurs... car on ne sait pas tout en 10 jours. La cuisine évolue, notre savoir également.

Ainsi, bien que je cuisinais sans gluten de temps en temps par plaisir...
J'ai choisi depuis 3 semaines de ne cuisiner sans gluten et cela a changé déjà une part de ma santé. J'ai beaucoup lu avant de me lancer... et surtout je suis suivie par une diététicienne qui est informée sur le sans gluten, ainsi je sais si je fais les bons accords.
En tant que végétarienne, le passage n'est pas si compliqué qu'on le pense... il faut juste revoir certaines céréales et les mettre de côté. Je grignote plus de fruits secs (ce n'est pas incompatible avec une perte de poids) et de fruits.
Côté améliorations :
Je me sent moins ballonnée, moins lourde, moins fatiguée, j'ai gagné en énergie, je récupére plus vite, le poids baisse un peu et j'ai moins mal aux articulations (je souffre d'arthrose). Les migraines persistent encore (elles sont moins fortes) mais il faut du temps pour voir les effets de façon plus générale.

Petite note : j'ai stoppé le mode d'alimentation sans gluten après plus de 3 mois d'expérience "heureuse" mais compliquée. Je vous explique cela :
Je suis quasiment vegan (j'aime tricoter la laine donc je ne suis pas vegan encore) et manger au dehors le midi faute de cafétéria cela devenait un peu le parcours du combattant.
Près du travail, on a une boutique So Good qui propose 1 seul menu végétarien sans gluten (quinoa et légumes au lait de coco, excellent mais succinct... on a faim 2 heures après) que les gentilles petites demoiselles de Wasquehal ont gentiment mis à la carte tous les jours pour me faire plaisir d'autant que l'une d'elle mange aussi sans gluten.
Parfois, je vais croquer un sandwich au fromage (pas du fauxmage, ils n'en font pas encore au supermarché) donc impasse sur le gluten... je tente de limiter la sortie de route à 1 fois par semaine (moi qui ne mangeait pas de pain cela me manque car j'ai testé toutes les marques de pain sans gluten... autant se passer de pain).
Santé : impeccable, récupération rapide, petit rhume vite enrayé alors que d'ordinaire je passe de la sinusite à la bronchite... rien cette année. Plus de douleurs ni migraines moi qui en avait souvent voir sans arrêt. Forme éclatante, 3 kg perdus. J'avais repris la course... en débutante.
Après 1 mois de reprise d'alimentation avec du gluten.
Constat, les douleurs sont revenues et permanentes depuis 2 semaines... même la nuit. Par chance, les migraines ne sont pas encore revenues donc je vais vite repasser au sans gluten pour voir si les douleurs stoppent à nouveau. Marcher est un exercice pénible et douloureux : genoux et chevilles bloqués et qui me lancent en permanence. Les kilos sont revenus en quelques jours sans manger plus. Je me sent lourde et gênée au niveau du ventre alors qu'avant j'étais agréablement bien.
Je repars donc en ce début mars sur du sans gluten... et rapido. Déjà un kilo reperdu en une semaine sans me restreindre. Les douleurs sont encore là... normal, j'ai zappé la phase detox (jus de citron dans de l'eau le matin, collation chia-fruits-lait vegetal, booster fruits et lait vegetal mixé au goûter).


Si j'avais un conseil à donner.
Que ceux ou celles qui veulent changer de mode d'alimentation pour devenir végétariens... prennent le temps de bien s'informer - quitte à consulter une diététicienne - afin de savoir comment équilibrer les repas. Ce sera mon seul conseil.
Ah si, un second conseil... comprendre que tout le monde ne peut pas forcement faire les mêmes choix.

Le respect pour base...
Je ne pense pas qu'on puisse éveiller les gens et les amener à mieux nous comprendre et à tester nos plats si on leur fait les critiques que nous aimerions ne plus entendre à notre sujet.
La tolérance est essentielle.
J'ai toujours vu mon père préparer les rôtis et viandes devant moi... Cela ne m'attirait pas mais je sais comment on cuisine une viande rien qu'en l'ayant vu faire quand j'étais jeune même si cela ne me sert pas. C'est mon père qui m'a appris indirectement le plaisir d'utiliser les herbes aromatiques et les épices en cuisine.


Alfafa


Si cela intéresse quelqu'un, je peux ajouter des listes d'ouvrages de base pour cuisiner veggie.

- Petit précis pour cuisiner sans produits d'origine animale / de Céline Steen (2013)
  Ce livre explique les différents aliments végétaux qui peuvent remplacer le beurre et autres produits d'origine animale. Une vraie source d'informations. Quelques recettes.

- Cuisinez gourmand sans gluten, sans lait, sans oeuf / de Valérie Cupillard

- Bio, bon, gourmand... / de Valérie Cupillard

- Sans gluten naturellement / de Valérie Cupillard

- Laits et yaourts végétaux / Anne Brunner
  Réaliser son lait d'avoine, d'avoine... ses yaourts de soja, crèmes et chantilly.

- Deliciously Ella / de Ella Woodward
  Recettes sans gluten, sans sucre raffiné, sans lactose
  Présentation des aliments à privilégier, du matériel préconisé, confection de laits végétaux...

Ensuite quelques livres chez Larousse présentent des recettes illustrées très intéressantes qui présentent les aliments utilisés pour chaque recette. Livres à petits prix (moins de 10 euros). Une belle source de renouveau pour nos plats.

Côté blogs :
http://pigut.com/
https://antigonexxi.com/
https://deliciouslyella.com/
http://www.biogourmand.info/

Je vous écrirais des articles tricot prochainement... je lis pas mal d'ouvrages anglo-saxons.

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Qui est Alfafa

Repost 0