Publié le 17 Octobre 2014

Je n'avais pas encore visité ce magnifique musée.
Mon ticket pour l'expo Sesostris III en poche depuis un moment ; je me suis décidée à aller voir les lieux pour le Flash mob Momies organisé le 15/10/2014 à 19H.

sesostris.jpg

FLASH MOB
Il y avait foule devant les portes. Essentiellement des étudiants (normal l'évènement les concernait, entrée gratuite pour les -26 ans) mais pas que... puisque j'y étais ;)
Comme je boitillais, je n'ai pas dansé mais cela m'a bien tenté je l'avoue.

Répétitions durant 15 mn pour que tout le monde comprenne les mouvements et répéte en regardant les coachs sur scène et un coach au micro.
Ensuite, vidéo pour immortaliser les momies surgissant de leur sarcophage sur une musique de Mickaël Jackson !!! (ben oui, pas du Cloclo) J'oublie de préciser... le morceau choisi est "Thriller"... cela fait plus peur que Cloclo c'est sûr... quoique ^^

10615966_10203133528321431_1740842945386301576_n.jpg

19h45... on nous convie à visiter les expositions... dont Sesostris III.
Vous parlez si je suis restée !

EXPOSITIONS
L'atrium nous présente "Voyage au bout de la vie" de Anthony Gormley et Wolgang Laib (que tous les anciens beau'z'artiens passionnés de Land Art auront reconnu).

ziggurat.jpg

Ziggurat de cire, bâteaux dorés, momies de bronze au corps étiré et couverts de tracés de découpes comme sur le ziggurat.

voyage.jpg

On descend l'escalier pour rejoindre un préambule de l'art égyptien.
Puis une exposition photographique sur l'égypte.

Enfin le "graal", Sesostris III nous apparait rayonnant au bas de l'escalier magistral !
Subjuguée, je ne peux qu'immortaliser cela... tout en me faisant heler par un gardien pas aimable du tout : "désolé, je ne savais pas" et de me répondre une chose moins aimable que la précédente... Alors qu'autour, tout le monde caméra en main et appareil photo mitraille toute l'exposition. (Il a du voir rouge avec mon manteau, je reviendrais en gris pour me fondre dans la masse la prochaine fois ;)

Ce que j'ai aimé le plus :
- Les bas reliefs avec ou sans couleurs
- Les bijoux (pas rutilants comme on le pense) délicats et si fins
 les orfèvres n'avaient pas de loupe et devaient y laisser la vue et leurs doigts
- Les objets du quotidien
 j'ai eu beau tenter de me voir dans un miroir d'obsidienne... j'étais bien brouillée

Ce qui m'a laissé un peu pantoise :
- La pièce d'une tombe reconstituée : toile imprimée collée comme un papier peint
 je préférais l'écran où on peut zoomer sur la même pièce en 3D
- Pourquoi mettre autant d'objets dans les petits coins de la pièce et laisser autant de vide par endroit... ?

Un très très beau musée et les gardiennes sont fort sympathiques : "vous avez aimé ?" "oui énormement" "merci" "au revoir".

Petit tour à la boutique avant de partir car ils ont l'hippopotame sur lequel j'ai flashé... mais ce ne sont pas les mêmes motifs. Dommage.

J'y retourne bientôt... les yeux grands ouverts, et je prendrais plus le temps.

Petit mot : J'ai adoré leur façon de communiquer sur l'évènement : moderne, gai, convivial.
Un musée bien vivant et très jeune d'esprit qui entend bien rendre l'Art public !
Le parcours est prévu aussi pour les enfants

Donc si vous avez un peu de temps le week-end... emmenez les enfants, la mamie et visitez les momies :)

Alfafa

tags : #musée #lille #sesostris #égypte #art #exposition

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Coups de coeur

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2014

Un petit plat simple et savoureux.
J'ai toujours de côté des udon ou kishime (plus larges que les udon), des pâtes japonaises qui se vendent peu chères en magasins asiatiques et à prix d'or en magasins bio ou supermarché. Et pourtant ce sont les mêmes ;)

kishime_udon_carotte.jpg


En attendant d'acheter un food truck et d'écumer le Nord pour faire déguster les recettes. Voici celle que j'ai concocté hier (en deux versions, une simple et une avec lait de coco et tahin).

- Kishime ou udon pour une personne (même proportion que pour les spaghetti)
- Carottes jaunes et oranges
- oignon
- épices pour wok ou persil, ail, coriandre voire même épices pour guacamole
[version au lait de coco : 10 cl de lait de coco, 2 cuillères à café de tahin]

Préparation :
Eplucher et à l'économe, former les tagliatelles de carottes.
Découper l'oignon en dès ou gros morceaux.

Cuisson :
Dans une poêle : faire revenir les oignons, les épices puis les tagliatelles avec un peu de beurre.
En fin de cuisson, ajouter le tahin et lait de coco. Mélanger.
Dans une casserole : faire chauffer l'eau et ajouter les kishime ou udon. Cuisson 3 à 5 mn.
Egoutter puis servir les pâtes et les oignons et tagliatelles dans chaque assiette.

Pour plus d'exotisme, ajouter un peu de citronnelle :)

Alfafa

tags : #kishime #udon #wok

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Recettes faciles d'Alfafa

Repost 0

Publié le 13 Octobre 2014

semoule1_vanille.jpg

Rien de meilleur ni de plus simple à réaliser qu'une semoule au lait avec un peu de vanille :)

Réconfortant pour l'estomac, terriblement gourmand et un brin régressif... un dessert tout doux comme ceux que faisaient maman quand on était petits.

- 500 ml de lait (pour moi du soja)
- 1 CS de sucre blond (du sucre roux sinon ou du sirop d'agave)
- 4 CS de semoule de blé fine (côté farine, tapioca)
- une demie gousse de vanille

Ultra simple :
Une casserole... on y verse le lait, le sucre, la demie gousse de vanille ouverte.
On fait chauffer... un peu, doucement... tendrement.

On verse la semoule... on touille doucement... jusqu'à ce que le mélange soit moelleux.
On verse dans un pot à confiture... parce que c'est plus convivial !

semoule3_vanille.jpg


Convivial !
Oui... chacun plonge sa cuillère ou on prélève ce qu'il nous faut dans une verrine et on ajoute des fruits frais.
Partageons les plaisirs simples... et un pot pour tous et tous pour la semoule maison !

semoule2_vanille.jpg


Franchement, la saveur et l'arôme de la vraie vanille... cela est incomparable !

Mon dessert "doudou" a vite disparu... avec quelques framboises du jardin.
Tant pis, je garde mes figues pour une autre recette...

Alfafa 

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Recettes faciles d'Alfafa

Repost 0

Publié le 13 Octobre 2014

Vous vous souvenez que j'avais parlé de vous faire découvrir des livres de nouveaux auteurs... un tout premier livre pour un auteur qui publie dans une maison d'édition peu connue encore : Zulma éditions.
Nii Ayikwei Parkes est celui qui m'avait intrigué par son propos : un polar qui se déroule en pays africain... oui mais si les critiques sont bonnes, peu décrivaient le livre... alors, j'ai acheté L'île du Point Némo faute de trouver celui-ci en librairie près de chez moi.

zulma.jpg


Ni une, ni deux, il fut commandé et à peine reçu... je me mis à le lire et oublia aussitôt L'île du Point Némo dont nous reparlerons plus tard.

...

La magie africaine a agit sur moi : je ne pouvais plus détacher mes yeux de ces lignes, mes mains de ce papier si doux et suave (oh ce délice de lire un livre au papier si classieux... oublié cette stupide idée d'acheter un Kindle... cela ne peux se comparer au plaisir de manipuler un beau livre).
Les pages, les chapitres défilent et je ne parviens toujours pas à me séparer du livre tant l'intrigue est subtile... entre légendes, histoires cachées, magouilles politiques... le parcours d'un tout jeune "expert" ghanéen qui quitte son laboratoire pour aller enquêter en brousse sur une histoire étrange de restes découverts dans un village qui a su conserver son authenticité.
Le narrateur est un "ancien" (egya) de 73 ans... Opanyin Poku. Un chasseur, le seul de Sonokrom.
Le héro, notre expert à l'africaine, "Kayo" Kwadwo Odamtten, devient enquêteur un peu malgré lui et docteur dans un village où les valeurs cultuelles et humaines ont encore tout leurs sens.


Ce jeune homme rompu aux méthodes modernes et à la culture twi des villageois va bientôt gagner la confiance de l'ancien du village et du féticheur Oduro... apprenant peu à peu des moments de l'histoire de ce village.

Autant j'ai adoré les romans polars sur les "natifs" (comprenez les Aborigènes et Navajos) autant je prends plaisir à entrevoir la magie africaine qui émane de ce livre.

Si vous aimez ce livre : ceux-ci vous séduiront aussi.

- Tony Hillerman et tous ses livres sur les navajos
- Arthur Upfield et les romans sur l'enquêteur métisse Napoléon Bonaparte dit Bony.

...

Je ne vous en ai pas dit assez sur Notre quelque part... eh oui, c'est volontaire car je ne saurais tout vous dire sous peine de voir la malédiction de Yaa Somu m'atteindre moi aussi ;)

Découvrez vite ce livre : il est magnifique !
Et que dire de ces superbes couvertures de livre dont les éditions Zulma ont paré ces joyaux littéraires : j'adore ! Design, qualité, originalité et excellent choix pour les auteurs.

Alfafa


tags : #zulma #notrequelquepart #niiayikweiparkes #livre #lecture
 

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Lecture : Un livre sinon rien !

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2014

Cette fois-ci, le panier culturel Kilti Lille se déroulait à La Péniche de Lille.
Accueil intimiste à l'intérieur de la péniche : un bar occupe un coin de la câle et une scène à l'autre extrémité. Nous attendons que les invités arrivent pour que notre organisatrice nous présente le programme de la soirée et les futurs artistes qui vont venir nous jouer quelques morceaux.

peniche_asa.jpg

Antoine le violoniste d'Asa i-Viata accompagnant le chanteur de The Buddhist sons.
A noter, que Zbigniew Zorglub est également l'auteur du livre choisi par Kilti pour le thème du voyage.



Sonny saxophoniste et The Buddhist sons.
Interprétant une de ses chansons.

 

Sonny saxophoniste et The Buddhist sons : Oricola Joe.

 

 

Un beau voyage musical entre rythme et enthousiasme, gaiété et mélancolie : Nos amis d'Asa i-Viata ont enflammés la salle et sont passés jouer parmi les invités... mais j'avoue avoir oublié de filmer alors je vous met un lien pour vous permettre d'écouter ce qu'ils jouent.

Asa i-Viata en teaser !



Vous pouvez réserver votre prochain panier culturel Kilti thème "Légendes"... ici !

Enchantée par ma soirée et ces jolies découvertes.


Alfafa 

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Coups de coeur

Repost 0

Publié le 2 Octobre 2014

Comme promis... j'ai acheté le livre d'octobre parmi les 3 qui me tentaient.
Au final, j'ai mis la main sur l'incontournable L'île du Point Némo... De Blas de Roblès. Ce sont des nouvelles, à lire, je pense assez rapidement à ce que j'ai aperçu en prenant quelques passages deci delà pour me faire une opinion en librairie.

livres_octobre.png


Pour le moment, je lis Amélie Nothomb !
Allez-vous me croire, c'est mon premier livre de cet auteur pourtant si connue et dont on parle tant.

Tout est venu d'une conversation : un ami m'indique une fille près de moi.
C. : "Tu ne trouves pas quelle ressemble à Nothomb ?!"
A. : "Tu dis cela à cause de son rouge à lèvres." (Parce qu'elle était châtain, les cheveux tirés en arrière et habillé en couleur).
C. : "Moi, je trouve."
A. : "Tu as déjà lu un de ses livres ?"
C. : "Non. Mais je n'aime pas."A. : "Moi non plus. Mais comment dire qu'on n'aime pas si on ne lis pas un auteur."
Voilà... comme quoi... cela se joue parfois de peu de choses... d'avoir à mettre la main sur un livre (choisi parmi ceux en rayons) et de tester un auteur.

"Une forme de vie" d'Amélie Nothomb
Je l'ai choisi car la façon de raconter est différente. Pas de blablas sur la vie de l'auteur ou autre histoire.
Ce sont des lettres... d'un soldat américain (en guerre) envoyées à son auteur favori... Amélie, qui se demande bien ce qui lui a valu cela.

Peu à peu, le dialogue se crée... Amélie apprend à écouter, à lire les confidences (impudiques) de cet être qu'elle devine par ses écrits. Le soldat, lui, narre sa guerre à lui... intime, nouée au creux de son âme et collée à lui chaque jour plus insistante, plus pathologique. Il a commencé à lutter pour mourir... à sa manière, en mangeant, en anihilant le corps qui tue, qui fait souffrir les autres dans une guerre loin de chez lui, une guerre qu'il n'arrive pas à assimiler, à oublier.

On apprend ainsi que l'obésité a supplanté la drogue dans les troupes américaines... qu'il s'agit de la seule échappatoire qu'ait les soldats pour transcrire leur mal-être face aux actes qu'ils doivent assumer et aux horreurs qu'ils voient.
Cette guerre intestine dit son nom grâce à ces lettres... le portrait de ces hommes prend un jour nouveau. L'image du soldat américain, musclé, déterminé en prend un coup... et si ce n'était que des hommes fragiles sous ces carapaces ?
Quelle solution propose-t'on à ces soldats pour pallier à leur malaise et à leur souffrance ?
Car comme ils le disent, la nourriture est partout dans cette société moderne !!! Fast-foods, restaurants, supermarchés ouverts 24h/24... tout y est en abondance... comment arriver à se sevrer une fois rentrés ?

J'avoue que je n'ai pas encore fini le livre mais... il me saisit aux tripes car il me fait découvrir une face de la guerre qu'on ne devine pas. Et un mal moderne dont on tait le nom pour ne garder que des quolibets.
2 sujets difficiles en un livre... habilement amenés par le biais de lettres et d'échanges épistolaires entre l'auteur et un soldat.

J'espère que cela vous aura donné envie de parcourir ce livre.

Alfafa 

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Lecture : Un livre sinon rien !

Repost 0