Publié le 22 Septembre 2014

livre_ZZ_ilenullepart.png

J'ai découvert ce livre après avoir écouté un morceau de musique : La chanson de L'île de Nullepart.

Séduite par le timbre de voix, j'ai décidé d'en écouter plus… avec l'album de The Buddhist Sons.
J'ai adoré tout l'album, c'est dire. Il me semblait logique de lire le livre... qui sera le 1er de mes coins lecture.

L'auteur du livre et des chansons est également musicien, surtitreur... Il est né et a grandit dans le Nord.

 

L'île de Nullepart de notre auteur Zbigniew Zorglub n'est pas sans rappeler celle de Peter Pan et son Neverland… Perdu dans ses souvenirs, ses songes… son voyage intérieur, notre ermite nous raconte entre autre ses pensées profondes sur notre société (la politique, l'écologie…), sur son métier, sa famille, son passé, son ex et ses digressions linguistiques, pour nous narrer son parcours.

 

...

Partir…

La décision fut prise d'aller chercher l'inspiration et de se recomposer en Italie. Pays, qui a fait tant rêver ses parents et leur auteur tout jeune ; pays, qui lui semble logique de choisir pour son renouveau.

Partir, pour tenter de recoller les morceaux d'un parcours de vie, d'une séparation…

Recommencer, à penser librement, à respirer, à vivre, à écrire, à composer des morceaux de musique, à rencontrer les autres et vivre une seconde jeunesse.

 

Rester…

Pour recommencer, à penser librement, à respirer, à vivre, à écrire, à composer des morceaux de musique, à rencontrer les autres et vivre une seconde jeunesse.

Pour mettre de la distance entre sa vie d'avant et celle qu'il tente à nouveau de mettre en exergue. La musique le sauvera de tout… 

 

Rencontrer…

Peter Pan (l'auteur devrais-je dire) découvre un jour qu'il a sous son nez une fine équipe avec qui composer de la musique ! Peter Pan a trouvé ses compagnons de fortune, il n'est plus seul !

 

Quitter…

C'est un peu partir, encore, pour revenir toujours.

Tenter d'oublier son passé. S'avancer sur la route, se retourner et voir que le paysage a changé, les amis se sont estompés.

 

Revenir…

Différent, un peu. A fleur de peau, toujours. Revenir avec des projets : un livre et un album.


...

Ce qui m'a séduit ?

Lire un passage et se sentir emportée par la main dans l'histoire au point de ne pas attendre pour dévorer les chapitres. Et ce subtil parfum d'hélichryse... dans les moments de liberté, de calme intérieur.

Le style : des détails parfois mais pas de trop, des regrets, des espoirs, des passages un peu tristes liés à la famille qui laissent vite place à un croque en jambes pour nous faire oublier le trouble de l'auteur…
Un style qui va avec le personnage, impertinent, agaçant aussi, émouvant, statique aussi, décalé, secret, réservé et extravagant à la fois. Un pince sans rire, qui d'un mot, d'une phrase vous perce, vous aiguillonne...
Petite précision, l'humour de l'auteur est un peu particulier mais il est de ceux qui me font rire ou grincer des dents aussi !

 

Pourquoi je le recommande ?

C'est une première oeuvre ce qui permet de pardonner quelques hésitations, quelques lenteurs parfois. Un style à part : intimiste, perspicace... avec des changements de couleurs (du noir et blanc, au gris, puis au Technicolor et inversement), des sonorités brutes (le Nord) ou plus adoucies (les paysages italiens).

Le style m'a plu, l'écriture est fluide et le livre est bien écrit.


La personnalité du quidam m'a touchée : sans doute parce que nous avons tous envie un jour de pouvoir nous mettre au "vert" pour faire le point sur nous-même et recommencer autrement. Le temps de panser nos blessures ou de voir où nous désirons aller.

Ce que j'espère...
Eh bien, un second livre par exemple : et qu'il me surprenne... avec une oeuvre de fiction et non une oeuvre sur sa vie. Ou même un album solo, rythmé et jovial.
Histoire de voir si la 1ère impression est la bonne et si le talent se confirme.


...

L'auteur a décidé de s'auto-publier et j'apprécie cette énergie : il faut encourager les auteurs qui n'ont pas la chance de pouvoir être publiés dans une grande maison d'édition. Et puis, cela renouvellerait un peu le style des livres qu'on nous propose… ce qui ne nous ferait pas de mal.

A vous, maintenant de me dire si vous avez aimé ce livre !
Les avis de mes camarades seront ajoutés ci-dessous.
Vous recherchez le livre : c'est par ici (si vous passez par l'auteur, précisez venir de ma part).

Alfafa

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Lecture : Un livre sinon rien !

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2014

Depuis le temps que j'entendais parler d'Unami (dans le Vieux Lille).
J'ai profité d'un passage avec quelques amies pour déguster un Yuzu Kikucha, un thé japonais, en regardant la pluie tomber sur le petit jardin japonais. Moment de quiétude.

l-10.jpg


On entre dans la boutique, un mur entier de casiers étiquetés pour les thés selon les origines, de l'autre des produits en vente (théières, bols... ouf, je n'ai pas trop regardé car ils sont magnifiques et je devais être raisonnable).
On passe un petit pont de bois ^^ follement nippon ^^ pour aller dans la salle de dégustation (assez petite). Je venais de passer la porte qu'une personne courait préparer les tables au fond... service efficace et soigné. Que d'attentions et de délicatesses.

l-9.jpg

On nous explique que le prix varie selon les catégories de thés (de 1 à 5).
Les prix vont de 4€ (environ pour la catégorie 1, j'ai oublié) à 10,20€ (là j'ai retenu pour la catégorie 5, les thés rares).

Les douceurs sucrées sont à repérer en même temps que le thé, tout est servi en même temps. Comptez environ 4€ pour un dessert (glace, biscuit...ainsi que pour le thé froid ou un latte matcha).

La maison offre des coupelles avec pour chaque convive :
- un mini gâteau au thé matcha (sucré, délicieux en saveurs)
- une lamelle de gingembre confit (sucré et pas amer, pour une fois j'ai adoré)

Ma sélection :
- Yuzu Kukicha (gamme 2)
 odeur un peu beurrée, teinte jaune verte claire
 saveur herbacée plus prononcée que pour le Hanami
 excellent mais après avoir goûté le genmaicha, on ne peut pas rivaliser
- Glace Goji-Passion
 couleur poivron (rouge orangé un peu passé, un coloris rare)
 goût goji sans hésiter, j'ai cherché la passion mais je ne l'ai pas ressenti
 saveur naturelle, ni sucrée ni fade, surprenant dirais-je

Mes amies ont pris :
- Thé Hanami (catégorie 2)
- Thé Ange ou Démon
- Thé jaune dont j'ai oublié le nom
- Biscuit matcha amaretto

Nous sommes tous servis en même temps, et la charmante demoiselle nous explique selon les thés comment les consommer : ainsi pour le thé jaune (jaune car étouffé à la vapeur pour conserver les arômes), il se consomme avec un couvercle qu'on fait pivoter pour boire sans consommer les feuilles de thé dans la tasse.

Les services : théières et tasses sont absolument divines !!! Les motifs différent. Ce qui aide les demoiselles qui servent pour se repérer lors de grandes tablées ;)

Les prix de certains thés se valent en fonction de leur rareté et pouvoir les déguster avant de les acheter est une aubaine.

Le personnel et l'accueil sont conviviaux, respectueux... et entrer chez Unami, c'est venir prendre le thé chez une amie. On vous y accueille comme si vous étiez chez vous et malgré cela avec un respect du client et des attentions tellement naturelles qu'on se sent le bienvenue.

unami_T1.png

Je suis sortie avec du thé :
- genmaicha (thé vert et riz soufflé : odeur riz soufflé, saveur iodée et herbe tout en légéreté)
- soba cha (thé de sarrasin, apprécié pour son côté grillé, odeur de noisette et céréales)

unami_T2.png

Une belle découverte... qui se poursuit à la maison, tasse de thé à la main.

Alfafa 

tags : #thé #tea #lille #unami #genmaicha #sobacha #salondethe 

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Japon : bento - kawaii - recettes

Repost 0

Publié le 14 Septembre 2014

tiger.png

Et si, on se réveillait les neurones...

Petite, ma seule évasion venait des livres…

On ne partait pas en vacances et l'été se faisait interminable : par chance, je trouvais toujours de quoi lire à la bibliothèque. Je me rappelle encore les soirs sous les draps, avec une lampe de poche, à lire des passages d'un livre racontant l'histoire d'un inuit (qu'on nommait encore eskimo)… ma passion allant vers tous les romans tournés vers le Grand Nord... En attendant, nous avions l'esprit ouvert et nous savions lire tôt ! Je suis fière de dire que j'ai appris grâce aux bandes dessinées... et que cela m'a donné envie de lire.
 

Aujourd'hui, plus besoin de me cacher pour lire le soir. Mais, j'avoue que ma passion pour les livres a cessé en commençant à travailler. Combien de fois ai-je entendu ce commentaire absurde "vous êtes une intellectuelle, vous !". Comme si, lire par passion tous les auteurs de théâtre avant l'âge de 12 ans, puis devenir fan absolue de Samuel Beckett et des livres d'anthropologie (sur les Aborigènes) faisait de moi une intello… ce que l'on peut entendre comme âneries lors des entretiens d'embauche et dans le monde du travail.

Pour moi, la mort du livre fut l'entrée dans le monde du travail… plus le temps, peu à peu… j'ai lu juste par passades, par besoin (des livres marketing)… et finalement, j'ai cessé... comme si le cerveau avait succombé à l'inertie ambiante...

 

Le livre numérique ne m'attire pas. Aucune relation sensuelle… avec un écran.

Alors que l'odeur du papier, de l'encre… vous savez ces vieux livres de bouquinistes ou de bibliothèques… cela donne envie de toucher le papier, de sentir les mots vibrer sous vos doigts et livrer à votre imagination une foule d'images.

Ne pas arriver à s'interrompre de lire, ne pas arriver à stopper avant le prochain chapitre (oh et puis encore un !).

 

Un été au boulot, et juste une semaine de congés et me revoici : encore fatiguée, épuisée… mais avec une foule d'envies, de projets.

1/ Lire et vous faire partager mes découvertes ou livres favoris

2/ Retricoter… pour les autres (l'hiver approche)

3/ Reprendre un peu de sport, de détente.

4/ Prendre la lumière (car devinez, je manque de vitamine D et donc de lumière et je passe dans un bureau loin des fenêtres :(


---

Si je propose quelques livres à lire : cela vous dit ?

J'ai déjà un résumé et un livre à vous faire partager bientôt ; j'ai demandé à 2 collègues et 2 amies de lire le livre et d'en faire un résumé, histoire d'avoir plusieurs avis.

Participant(e)s de septembre (1er livre d'un auteur originaire du Nord) :
- Alfafa
- Pascale D.
- Corinne L.
- Cécile P. (du blog http://lespetitesrecettesdecec.blogspot.fr/)
- Tatiana (en attente de confirmation)
.


---

Mais parmi les livres qui me tentent pour octobre :

- Je reviendrai avec la pluie de Takuji Ichikawa (7,10€)

- Notre quelque part de Nii Ayikwei Parkes (21,00€ ou kindle 12,99€)
- L'île du Point Némo de Jean-Marie Blas de Roblès (22,50€ ou kindle 12,99€)


- En option : Dans la mer de Cortez de John Steinbeck (prix variable selon les éditions)

  Un de mes livres favoris, pas le plus connu de Steinbeck, mais il le mériterait.

 

J'hésite entre les 3 premiers… qui serait prêt(e) à me suivre dans la prochaine pause lecture ?
(je donne le nom du livre vers le 26/09) mais n'hésitez pas à dire celui qui vous plait en commentaire...



Participant(e)s d'octobre :

- Alfafa
- Sylvien5
- Laurence pour L'île du Point Némo

Alors... et vous ?

Alfafa 

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Coups de coeur

Repost 0

Publié le 14 Septembre 2014

Kilti, c'est le nouveau panier culturel Lille-Paris.

Comprenez par là, que régulièrement, un panier culturel est réalisé avec par exemple, un livre ou une BD, un CD, des places de théâtre, concerts… ou spectacles et un sac sérigraphie.

kilti.png
 

Vous ne connaissez le contenu qu'au moment où l'on vous remets le Kilti du mois :

Vous avez jusqu'au 20 septembre pour vous inscrire : informations ici.

 

3 formules de prix :

- Solo : 1 sac + 1 CD ou DVD + 1 livre + 1 place de spectacle + 1 place de concert = 39€

- Duo : 1 sac + 1 CD ou DVD + 1 livre + 2 places de spectacle + 2 places de concert = 49€

- Mini : 1 sac + 1 CD ou DVD ou livre + 2 places de spectacle = 25€

Voir des exemples (en photo ci-contre, le Kilti Lille de Juin)

kilti_2.jpg 

 

Le panier lillois vous sera distribué le 04 octobre à La Péniche entre 18 et 21H.

 

Le thème : Le voyage !

De quoi vous faire rêver malgré le retour au travail.

 

Laissez-vous surprendre.

Ou pensez à offrir un panier culturel à l'un de vos proches.

 

Alfafa

Voir les commentaires

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Coups de coeur

Repost 0