Alan Rickman tribute : 3 ans déjà !

Publié le 14 Janvier 2019

Je parle peu cinéma ou théâtre ou du moins plus beaucoup sur le blog. Dernièrement, j'ai pû discuter théâtre avec un comédien de renom et cela m'a fait entrevoir que cela me manquait énormément. Tout comme notre cher, et sublime artiste, Alan Rickman qui a disparu voici 3 ans.

Alan Rickman, est un comédien de talent qui fut graphiste tout comme moi... et qui plus est, nous sommes nés tous les 2 un 21 février.
Depuis 3 ans, je fête donc mon anniversaire seule.
 


La plupart connaissent cet acteur via ses films : Die Hart, Raisons et sentiments (avec la sublime Emma Thompson), Robin des bois et bien sûr la série des Harry Potter pour laquelle il fut le mystérieux Severus Snape alias Rogue pour la France.
Personnellement, je me souviens avoir eu un coup de coeur pour 2 comédiens en 1995 lors de Raisons et sentiments : Emma Thompson toujours aussi talentueuse qu'elle joue du Austen ou un rôle dans Men in black 3... elle peut tout jouer avec brio, et le colonel Brandon joué par Alan Rickman que je ne connaissais pas mais qui déjà captait l'image et mon regard tellement il imposait de sa présence même sans parler.
A noter, qu'après ce film, les acteurs ont de nouveau participé à d'autres productions ensemble et sont devenus d'excellents amis. Miss Thompson était toujours très émue après sa disparition et avait évoqué une perte inestimable en tant qu'être humain et ami.

Mais ce serait passer à côté de ses plus belles prestations que de ne pas regarder le reste de sa filmographie et des extraits de ses rôles sur scène. Le théâtre était sa passion première (bien sûr il a joué Shakespeare tout d'abord dans le rôle de Tybalt pour Roméo & Juliette puis du Beckett dans Play) et pour avoir vu (malheureusement pas au théâtre même) des extraits de Private lives... un acteur bouillonnant d'énergie, de passion, de talent. Et quelle voix, quels jeux de regards et émotions il fait passer sur son visage. Magnifique.

Mes films préférés avec Alan Rickman ne sont pas les Harry Potter où malheureusement, il n'a pû donner l'expression de toute sa palette d'émotions et de son jeu d'acteur. Severus était trop monolithique et statique. JK Rowlings n'a pas vraiment détaillé les rôles dans ses livres et au cinéma, les rôles adultes furent un peu évasifs contrairement aux rôles du trio vedette. Dommage, on a perdu beaucoup... 

Alan était l'énergie, la sensibilité et la mesure en toute chose, précis, il savait comment mener une émotion, comment porter une scène à lui seul... comment décrire un tel acteur. C'est difficile.

Les films (peu connus en France) et qu'il faut voir absolument :
Awfully big adventure de Mike Newell (en 1996) qui tourna avec Rickman le 4ème volet de Harry Potter en 2005. Tout en émotion et un must pour qui veut capter toute sa subtilité d'acteur. A lui seul, il captive la caméra et sans un mot... vous séduit par son jeux de regard. Une présence indéniable... on en oublie Hugh Grant tout juste illuminé de son rôle de 4 mariages et un enterrement. Rôle que Rickman failli avoir d'ailleurs. Un très beau film mais triste aussi.
To search of John Gissing ou The city : où il joue un homme d'affaire qui risque sa place et fait son possible pour évincer son successeur. Désopilant. J'étais déprimée quand j'ai vu des extraits et j'ai explosé de rire et j'ai vite commandé le dvd car ce film est fabuleux.
Galaxy quest : un détournement de Star Trek où les comédiens totalement dépassés assistent à des conventions de fans pour survivre et où Rickman interprête un comédien qui se désole d'en être arrivé là après avoir joué du Shakespeare... Très drôle et un rôle qui montre la capacité d'autodérision de l'acteur. (Rickman, n'appréciait pas beaucoup le rôle de Snape dans Harry Potter car il n'avait pû y apporter plus de subtilité... mais admettait que cela lui permettait d'avoir un renom et une sécurité financière et ainsi de pouvoir choisir de jouer dans des rôles plus variés et moins connus ou de rejouer sur scène).
Gambit ou arnaque à l'anglaise : cette fois le rôle est léger mais intéressant aussi à voir. A noter une scène où il est nu à son bureau.
Madly, truly, deeply avec Juliet Stevenson, avec qui il joua sur scène et tourna dans The city.
Une femme vient de perdre son époux et vit dans le souvenir de celui-ci.
Emouvant.
Dark Harbor : un film presque passé inaperçu et presque introuvable surtout en français. Il y joue un homme marié à une femme plus jeune avec qui il tente de recoller les morceaux en passant des vacances dans un endroit désert. Un jeune auto-stoppeur se fait héberger et la tension monte entre les 2 hommes... A noter, une scène où il se deshabille pour se jeter à l'eau. Un thriller tendu et criblé de détails à décrypter.
Je ne l'ai pas encore trouvé mais j'ai pû voir des scènes sur youtube.
Snowcake avec Sigourney Weaver avec qui il avait joué dans Galaxy Quest. Un homme désabusé prend en stop une jeune fille qui va voir sa mère autiste dans un petit village perdu dans la neige. Un accident se produit et la jeune fille meurt. L'homme va passer quelques jours avec la maman... une remise en question personnelle va s'effectuer. Sensible et émouvant. Le rôle dans lequel Rickman dit avoir donné le plus le lui-même, celui où il est le plus naturel aussi.
Rasputine un téléfilm tourné en Russie en 1996 qui lui fit gagner un Emmy Awards en 1997. Il interprête le controversé Grigori Rasputine : à voir absolument. Le téléfilm est introuvable en dvd.
Les chroniques de Barchester (1982), téléfilm.
On peut encore le trouver en version anglaise. Un de ses premiers rôles sur pellicule. A voir.
 

(Une photo que j'ai encadré chez moi et que j'aime pour sa simplicité et sa pudeur évoquée)

Ce que l'on sait moins d'Alan Rickman, c'est sa vie privée car très pudique (il a vécu avec sa fiancée rencontrée lors de lors études, qui fut une figure du parti travailliste anglais, Rima Horton) et ses actions humanitaires... il a participé (et donné des fonds importants) à différentes associations et ainsi pour le Téléthon anglais, on pouvait l'entendre répondre aux appels des donateurs... quelle chance.
Il a également mis en scène un spectacle engagé sur la vie et la mort de Rachel Corrie. Mais je ne pourrais parler longtemps de cet acteur merveilleux. Toutes les personnes ayant pû jouer avec lui sont unanimes : c'était un homme profondement bon et prévenant avec les autres mais aussi exigeant dans son art. Capable d'autodérision et toujours enclin à rire et faire plaisir autour de lui. Un homme loyal et fidèle en amitié qui n'hésitait pas à venir voir leurs prestations et assister à leurs premières pour les soutenir.
 


Je vais conclure en disant qu'il est l'un des rares avec Sir K. Branagh et la talentueuse comédienne Emma Thompson ... pour qui j'ai une admiration profonde pour leur carrière et leur talent. La passion du théâtre, de Shakespeare, du jeu, des émotions... Cela donne envie de relire des pièces de théâtre ou d'aller voir des spectacles.

3 ans déjà... parti trop vite... il nous manque.

Alfafa

Rédigé par Alfafa

Publié dans #Qui est Alfafa, #Newsletters

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nelfe 15/01/2019 10:49

J'aimais beaucoup cet acteur moi aussi et je suis triste qu'il ne soit plus là. Je l'associe beaucoup à Emma Thompson également. Leur duo dans "Love actually" reste bien ancré en moi. Leur respect mutuel transparaissait dans leur jeu.

Alfafa 18/01/2019 14:37

Bonjour Nelfe.
Meilleurs voeux.
Effectivement, ils ont joué ensemble de nombreuses fois et leur respect était vraiment total. Elle a d'ailleurs refusé de faire une suite de Love actually sans Alan qui venait de disparaitre.
Mais c'est fou, en revisionnant des extraits de films peu ou pas vus du tout en France... je vois le fossé qui se creuse depuis sa disparition... ce que l'on a perdu... comme talent. Que de petits films tournés par passion et envie de montrer de son talent multiple... on a raté.
Le théâtre a été formateur et un catalyseur exceptionnel pour lui. Il a dépassé son handicap (il avait une malformation de la machoire et parlait avec difficulté) et en a fait sa carte de visite, sa force dirais-je. Merveilleux.
Je suis ravie de pouvoir en discuter avec quelqu'un qui l'apprécie aussi.
En France, il demeure encore peu connu en dehors que quelques rôles dans les films américains.
Bises
Alfafa